•  
     

    Partenaire environnemental Enviro-Terre

    bannière


    votre commentaire
  •   

     

    Le navigateur d'internet, Mozilla Firefox

     

    Tout cela avait commencé au printemps 1998.  Le 23 septembre 2002, la compagnie Européenne, Mozilla à fini le développement du navigateur, sous le nom de Phoenix, pendant sa phase de test.  En 2003,  le nom change pour Firebird.  Au début de 2004, il est devenu Firefox (renard de feu) et ensuite il est arrivé à la disposition du public gratuitement.  Aujourd'hui, il occupe 30 % de parts du marché mondial dans les navigateurs web.  Ce logiciel est fourni avec tout les systèmes d'exploitations Mac OS dans les ordinateurs Apple.  Disponible dans plus de 230 pays et en 48 langues pour les systèmes d'exploitations Microsoft Windows, Apple Mac OS et Linux.

     

    La sécurité du logiciel

    Pour faire court, votre sécurité en ligne est pas mal comme Internet Explorer. Firefox contient des mesures de protection contre l'hameçonnage, les sites malveillants, les pop-ups* (outil publicitaire utilisé sur le web pour vendre des produits)  et aussi des moyens faciles pour différencier les gentils des méchants, par exemple l'accès à l'identité d'un site.

     

     Anti-logiciels malveillants

    Firefox 3 prévient mais ne supprime pas les virus, les vers, les chevaux de Troie et les logiciels espions. Si vous accédez accidentellement à un site malveillant, vous recevrez un avertissement en pleine page dans la fenêtre du navigateur.

     L'identité d'un site Web

    Il nous dit les informations sur le site. Vous permet d'être sûr de ne pas se faire arnaquer en ligne, comme les transactions non sécurisées et les contrefaçons de sites Web.  Le petit cadenas en bas de la fenêtre Firefox qui dit que le site est sécurisé.

     

     Anti-hameçonnage

    Si vous visiter un site Web frauduleux qui prétend être un site en lequel vous avez confiance (comme votre banque), un énorme message dans le navigateur vous arrêtera avant de vous faire hameçonner, mais il faut cocher la case dans les options du navigateur pour l'activer au complet.

     Le gestionnaire de mots de passe

    Vous verrez la notification « Retenir le mot de passe ou ne pas le retenir » intégrée dans votre vue, en haut dans le menu de Firefox.

     

     Effacer vos traces

    Effacez vos données personnelles automatiquement  (dans outil  en haut de l'écran). Vos informations sont supprimés pour éviter les vols d'identités (sur votre ordinateur personnel ou public).

     

    Courez-vous un risque avec Firefox ?

    Selon une étude indépendante menée par Google Suisse, IBM et le CSG de Zurich (Communication Systems Group) en est venu à la conclusion que c’était les utilisateurs de Firefox qui étaient le plus en sécurité sur internet.

    L’analyse a porté sur les versions des navigateurs utilisés lors de recherche effectué sur Google utilisé par la population entre Janvier 2007 et Juin 2008.

    En gros, ce qu’il faut retenir, c’est que ce n’est pas forcement le logiciel Firefox en lui-même qui fait que l’utilisateur est plus en sécurité, mais surtout son système de mise à jour

    En effet, la mise à jour automatique de Firefox est très bien pensé, rapidement mis à jour, proposant à l’utilisateur de mettre à jour dès que le besoin se fait sentir. 

     

    L’étude a d’ailleurs montré que seulement:

    • 83% des Firefox étaient à jour
    • 65,3% des Safari étaient à jour
    • 58,1% des Opera étaient à jour
    • 47,6% des Internet Explorer étaient à jour

     

    Chargement rapide des pages

    Compact, Firefox utilise moins de mémoire vive sur votre ordinateur.  Vous consultez les pages Web plus rapidement et en utilisant moins de mémoire vive sur votre ordinateur.

    Au niveau de la mémoire, je note une plus faible consommation (moins de 100 Mo pour 6 onglets ouverts) et Explorer, fait le double pour 6 onglets.

    Avec un système de remodelage d'affichage des pages permettant un chargement des pages Web plus rapide.  Voici la vitesse de chargement de page que j'ai testé avec le programme Internet Explorer, elle se fait en 9 secondes et celle de Firefox, elle se fait en 2 secondes.

     

    Fonctionnalité

    Vous pouvez faire un zoom avant ou arrière, pour rendre un petit caractère de texte lisible ou encore voir un image plus proche.  En minimisant le nombre de touches à presser, Firefox est bien plus facile à utiliser pour les personnes souffrants de déficiences motrices, visuelles.  Les modules complémentaires sont de petits greffons que vous choisissez de télécharger et d'installer pour le navigateur.  Vous permettra de personnaliser le navigateur.  Habillez votre navigateur grâce à ces modules. Avec les thèmes que vous voulez, comme mettre le panneau de contrôle plus sombre rappelant un vaisseau spatial, un panneau en bois ou ces centaines d'autres apparences pour encadrer votre navigation.

     

    Le gestionnaire de téléchargement vous permet de télécharger avec une sécurité accrue selon moi.  Le gestionnaire affiche la progression de votre téléchargement.  Une fonctionnalité de pause et de reprise ça signifie qu'il n'est pas nécessaire d'attendre qu'un téléchargement soit terminé avant de vous déconnecter. Donc, si vous êtes à la moitié d'un album de musique et qu'il est l'heure de quitté votre ordinateur, vous pouvez reprendre votre téléchargement lors de votre retour à la maison.  La fonction de reprise fonctionne également si votre système plante ou en cas de redémarrage forcé.   Si Firefox se ferme par erreur,  vous voulez récupérer vos données ou retrouver les pages Web où vous vous trouviez.  On peut se retrouvez exactement où vous vous étiez arrêté ou sur le dernier mot que vous aviez saisi.  Grâce à la restauration de session.

     

    Les Onglets sont de petites étiquettes placées juste au-dessus du site que vous visitez.  C'est un moyen intelligent de naviguer sur plusieurs sites en même temps.  On peut les comparer à la version électronique d'un classeur. 

     

     

    Mon verdict....

    Le texte et les images sont affichés plus rapidement que son concurrent direct,  Internet Explorer.  La précision et le réaliste de ceux-ci sont égaux à Internet Explorer. Assez simple d'utilisation. Le design de l'interface est plus attrayant,  plus simple d'utilisation et   plus personnalisable que Internet Explorer.  Depuis plusieurs mois, j'utilise Firefox, depuis ce temps, mon internet bogue moins souvent et il est plus stable.

     

    Verdict d'un test effectué sur http://www.tomsguide.com/fr/: simple d’accès, paramétrable à volonté, sécurisé: Firefox possède toutes les qualités que l’on recherche chez un navigateur. ET dire qu’on nous promet une version 3 encore améliorée et riche en fonctionnalités ! Notre préférence va donc en premier à Firefox, suivi de près par Opera puis Internet Explorer. Safari vient ensuite mais à encore beaucoup à prouver, version bêta oblige ! Tous méritent en tout cas d’être essayés.  À vous de juger !

     

    Parmi les navigateurs, il y a, Internet Explorer, Safari, Opera et Firefox sont les quatre navigateurs web majeurs dans le marché pour le Québec depuis quelques années.


    votre commentaire
  • Nouvelle technologie OLED <v:stroke joinstyle="miter"></v:stroke><v:formulas><v:f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"></v:f><v:f eqn="sum @0 1 0"></v:f><v:f eqn="sum 0 0 @1"></v:f><v:f eqn="prod @2 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @0 0 1"></v:f><v:f eqn="prod @6 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="sum @8 21600 0"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @10 21600 0"></v:f></v:formulas><v:path o:connecttype="rect" gradientshapeok="t" o:extrusionok="f"></v:path><o:lock aspectratio="t" v:ext="edit"></o:lock><v:shape id="_x0000_s1026" style="margin-top: 85.2pt; z-index: 251658240; margin-left: 54.8pt; width: 188.7pt; position: absolute; height: 101.9pt;" filled="t" type="#_x0000_t75"><v:fill color2="black"></v:fill><v:imagedata o:title="" src="file:///C:%5CUsers%5CPhil%5CAppData%5CLocal%5CTemp%5Cmsohtmlclip1%5C01%5Cclip_image001.jpg"></v:imagedata><w:wrap type="topAndBottom"></w:wrap></v:shape>
    <o:p></o:p>

    Par Phil  (xboxcool)

    <o:wrapblock><v:shapetype id="_x0000_t75" stroked="f" filled="f" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" o:preferrelative="t" o:spt="75" coordsize="21600,21600"><v:stroke joinstyle="miter"></v:stroke><v:formulas><v:f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"></v:f><v:f eqn="sum @0 1 0"></v:f><v:f eqn="sum 0 0 @1"></v:f><v:f eqn="prod @2 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @0 0 1"></v:f><v:f eqn="prod @6 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="sum @8 21600 0"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @10 21600 0"></v:f></v:formulas><v:path o:connecttype="rect" gradientshapeok="t" o:extrusionok="f"></v:path><o:lock aspectratio="t" v:ext="edit"></o:lock></v:shapetype><v:shape id="_x0000_s1026" style="margin-top: 5.25pt; z-index: 1; left: 0px; margin-left: 5.6pt; width: 188.7pt; position: absolute; height: 101.9pt; text-align: left;" filled="t" type="#_x0000_t75"><v:fill color2="black"></v:fill><v:imagedata o:title="" src="file:///C:%5CUsers%5CPhil%5CAppData%5CLocal%5CTemp%5Cmsohtmlclip1%5C01%5Cclip_image001.jpg"></v:imagedata><w:wrap type="topAndBottom"></w:wrap></v:shape></o:wrapblock>

    <o:p>
    </o:p>

    <v:shape id="_x0000_s1027" style="margin-top: 79.65pt; z-index: 2; left: 0px; margin-left: 382.2pt; width: 107.8pt; position: absolute; height: 112.2pt; text-align: left;" filled="t" type="#_x0000_t75"><v:fill color2="black"></v:fill><v:imagedata o:title="" src="file:///C:%5CUsers%5CPhil%5CAppData%5CLocal%5CTemp%5Cmsohtmlclip1%5C01%5Cclip_image003.jpg"></v:imagedata><w:wrap type="square"></w:wrap></v:shape>OLED ou DELO veut dire « Organic Light Emitting Diode » traduit en français diode électro-luminescente organique.  Cette technologie est un écran souple qui va être utile pour les appareils portatives ou même comme une télévision dans les endroits restreints dans un avenir rapproché.  Lors de la présentation d'Universal Display Corporation, cette écran selon le prototype avait une grandeur de 4 pouces de diagonale.  Avec une épaisseur de 0,1 mm et pesant juste 6 grammes, comme une feuille de papier.  Plus tard, cette technologie va remplacer les télévisions ACL, Plasma ou toutes sortes d'écrans.<o:p></o:p>

    La fabrication des écrans OLED se révèle toutefois ardue et demande une compréhension de la chimie des OLED. Ces écrans offrent toutefois des couleurs plus éclatantes, consomment moins d'énergie et sont plus minces et légers que ceux offerts par toute technologie rivale. Le OLED est plus coûteux que les écrans ACL ou Plasma à l'heure actuelle, l'amélioration de l'efficacité de leur fabrication pourrait toutefois faire chuter leurs coûts en dessous de ceux associés à la fabrication d'écrans ACL, révèlent plusieurs nombres d'experts. 


    <o:p></o:p>

    Ce terme existe depuis 21 ans, donc en 1987, les scientifiques d'Eastman Kodak les ont fait connaître.  Ces chercheurs ont exercé de fortes pressions visant l'exploitation des écrans à diode électro-luminescente organique.  Ce n'est toutefois qu'en 2006 que les fabricants ont réussi à améliorer suffisamment le processus de fabrication pour les intégrer, à un grand nombre de produits de consommation.  Comme par exemple,  Nokia qui tire profit des écrans OLED fabriqués par le géant coréen Samsung pour ses nouveaux mobiles Prism commercialisés en 2007.  Samsung devrait  investir le marché des téléviseurs OLED en 2009 et offrir des grandeurs de 40 pouces d'ici à 2010.   eMagin, une entreprise située à Bellevue dans l'état de Washington, utilise de minuscules écrans OLED fixés sur des puces de silicium comme écrans miniatures.  Ceux-ci pour les casques conçus pour les adeptes de jeux vidéo et les soldats.  Sony a fait sa première incursion dans le domaine des téléviseurs OLED en décembre 2007, en lançant au Japon une télévision en OLED de 11 pouces de diagonale au prix de 1 700 $ US. <o:p></o:p>

    <v:shape id="_x0000_s1028" style="margin-top: 11.3pt; z-index: -1; left: 0px; margin-left: 279.85pt; width: 157.85pt; position: absolute; height: 92.65pt; text-align: left;" filled="t" type="#_x0000_t75"><v:fill color2="black"></v:fill><v:imagedata o:title="" src="file:///C:%5CUsers%5CPhil%5CAppData%5CLocal%5CTemp%5Cmsohtmlclip1%5C01%5Cclip_image005.jpg"></v:imagedata></v:shape>L'avantage majeur lié à la technologie OLED, c'est que chaque pixel émet de la lumière. Contrairement aux écrans ACL, les écrans OLED ne nécessitent donc aucun rétro-éclairage, ce qui se traduit par une réduction des coûts de l'énergie et des écrans plus minces et deux fois plus légers que les écrans ACL. <o:p></o:p>

    Voici le principe de fonctionnement<o:p></o:p>

    Chaque diode, dont l'épaisseur ne dépasse pas le millimètre, est composée de trois couches d'un semi-conducteur organique (des atomes de carbone, d'hydrogène, d'oxygène et d'azote) entourées par une cathode métallique (une source de charges électriques négatives) et une anode transparente qui veut dire une source de charges positives. Chaque pixel d'un écran DELO est constitué de trois diodes électro-luminescentes l'une à côté de l'autre (une rouge, une verte et une bleue), produisant leur propre lumière lorsqu'elles sont soumises à une tension électrique.  L'ensemble repose sur une structure transparente, en verre ou en matière plastique.

    <o:p> </o:p>

    Moi, je trouve que cette technologie va être encore plus économique en terme d'électricité et de grosseur pour avoir une meilleure technologie qu'ACL ou Plasma.  On va pouvoir la disposer partout, comme dans un autobus, comme menu de restaurant virtuel ou même sur les panneaux de signalisations.  Mais, il faut avoir une source électrique pour que ça fonctionne.

    <o:p></o:p> 


    1 commentaire
  •  

    Halo 3

    Côté 9.6 par Game-Focus

    Trois années d’attentes ! Les fans attendaient ce moment avec une impatience démesurée. L’engouement était sans contredit plus élevé que jamais. Il aura fallu pratiquement trois années à Bungie pour nous concocter ce que plusieurs proclamaient déjà comme étant un véritable chef-d’œuvre, une nouvelle référence, avant même d’avoir pu y jouer. Nous avons eu la chance d’expérimenter le Bêta en mai dernier, voici maintenant ce que nous offre la version complète de Halo 3.

     
     

     

     

    Campagne

     

     
     

    Cette fois, nous y sommes. Master Chief est de retour sur terre avec une ultime mission : achever ce sanglant combat pour ainsi sauver notre planète. Le prophète de la vérité fera tout pour l’en empêcher en poursuivant sa quête de destruction de l’univers. Pour se faire, il doit se rendre sur l’arche située directement sur Terre. Cortana a, quant à elle, été capturé par le Gravemind, une créature étrangement liée aux parasites. L’arbiter et ses élites, autrefois ennemis des humains, tente de venger leur sort et épaulent les soldats humains dans leur combat final. Ils sont tous prêts, d’une façon ou d’une autre, à remporter cette incroyable guerre.

     
     

    Qu’est-ce qui se passera ensuite ? Vous n’en saurez pas plus. Ce que je peux vous dire toutefois, c’est que contrairement au deuxième épisode de la série, Halo 3 offre un scénario beaucoup plus soutenu. Terminé les alternances Spartan/Covenant, cette fois, vous incarnez Master Chief du début à la fin. On note également que le jeu a été axé sur un univers beaucoup plus narratif que ses prédécesseurs. Les fans de la campagne seront choyés de voir à quel point celle-ci évolue et prend forme au cours des niveaux. Le scénario se développe de façon spectaculaire, aidé par des cinématiques richement narratives et visuellement impeccables.

     
     

    Je ne le cache pas, les premières minutes de jeu ne sont pas réellement impressionnantes, elles sont simplement séduisantes. Non pas à cause de ses caractéristiques techniques discutables ou de son concept très basique proprement dit, mais simplement parce que cette fois, on a l’impression de jouer et de vivre cette évolution. Halo 3 possède un charme bien incrusté dans sa personnalité, un charme qui malgré son épuisement, continue et continuera de faire vivre la série Halo jusqu’à son dernier souffle, même si, il faut malheureusement l’avouer, les dernières heures de jeu sont moins intenses que ce à quoi on aurait pu s’attendre.

     
     

    La campagne bénéficie de quelques ajouts mineurs qui l’agrémentent particulièrement. On remarquera tout d’abord la durée de la campagne qui, contrairement à Halo 2, peut s’étirer de quelques heures supplémentaires. Les jeux de tir à la première personne pouvant jouir d’un tel traitement de faveur sont en effet de plus en plus rares. Ah, vous, incontestables fans de la série, vous en voudrez toujours plus qu’on vous en offre n’est-ce pas ? Sachez que même à 12 heures de jeu, Halo 3 possède un facteur de rejouabilité très élevé compte tenu de son excellent scénario. L’envie de vivre ce combat final «une dernière fois» risque d’être fréquente, croyez-moi. De plus, on a intégré un système de pointage afin de mesurer notre talent à éclater les Covenants. Il ne s’agit pas ici d’un système bien évolué, mais c’est d’un défi supplémentaire pour ceux qui souhaitent obtenir un peu de Gamerscore.

     

     
     

    Les Brutes ne sont également plus les colosses idiots de Halo 2. Ils sont de véritables tacticiens, qui élaborent au fur et à mesure des plans pour vous anéantir vous et votre unité. Les Brutes sont toutes indépendantes. Elles agissent intelligemment, même aux niveaux les plus faciles.

    On remarque tout de même quelques petites lacunes à ce niveau, bien entendu, mais il n’en demeure pas moins que Halo 3 innove avec une intelligence artificielle impressionnante qui vous donnera certainement du fil à retorde lors de vos nombreuses batailles. Il n’est également pas rare de se faire descendre par une balle sniper bien placée, ou de simplement se faire exploser la gueule par une grenade habillement tiré d’un petit Grunt. Le rythme de la campagne s’accentue continuellement malgré les difficultés rencontrées. On meurt très souvent, on manque de munitions et on doit très fréquemment se cacher derrière un abri la plupart du temps très improvisé pour pouvoir recharger son bouclier. Il ne s’agit pas ici d’une reconsidération, mais plutôt d’une constatation. C’est d’ailleurs ce qui maximise l’authenticité de la série Halo. L’appauvrissement des stratégies est une chose, certes, mais on ne joue pas nécessairement à un jeu de stratégie. L’improvisation est donc omniprésente, et par ce fait, on élabore nos propres tactiques qui nous suivront tout au long du jeu.

     


    Arsenal  
     

    Armes

     
     

    Fait inévitable, Halo 3 possède un bon éventail de nouvelles armes. C’est justement au cours du Bêta que nous avions eu la chance d’expérimenter quelques-unes de celles-ci. Nous étions alors en mesure de nous demander de quelle façon ces nouveaux ajouts allaient modifier le déroulement du jeu, autant sur Xbox Live que lors de la campagne. 

     
     

    Lorsqu’on parle de nouvelles armes, il y en a bien une qui me vient à l’esprit avant les autres. Si une arme peut changer complètement le déroulement d’une bataille, c’est bien le cas du Gravity Hammer. D’un seul coup, cette espèce de grosse masse vous permet carrément d’écraser une brute. Impressionnant ? Non, pas réellement, mais c’est d’une puissance et d’une violence inouïe! Sachez qu’on ne positionne jamais une arme sans raison, et pour cause, puisque vous obtiendrez chacune de celles-ci dans un moment choisi, où elle est la plus efficace. On vous donne par exemple un lance-flamme contre les parasites, lui qui nous permet d’allumer un joli feu de joie avec les corps décimés de nos ennemis. Le Spartan Laser, comme présenté dans le Bêta, demeure la même arme inchangée, mais toujours aussi destructrice. Les Brutes profitent également de nouvelles armes plus ou moins puissantes telles que le Spiker et le Mauler. Notez également le retour du MA5C, le fusil d’assaut tant apprécié de Combat Evolved.

    En fait, l’armement de base de Halo 3 est fortement inspiré du deuxième épisode de la série. Toutes les armes présentent dans Halo 2, le sont dans Halo 3, mais certaines ont vu leurs caractéristiques offensives évoluer. Ainsi, la Brute Shot tire maintenant plus droit et est désormais réellement efficace, tandis que le Needler a lui aussi vu sa puissance augmenter, à un tel point qu’on ne peut plus utiliser une autre arme en même temps. Le Magnum, quant à lui, a vu sa cadence de tir être diminuée, mais chaque balle cause désormais plus de dégâts. Finalement, le Plasma Pistol a vu son attaque chargée être grandement modifiée : sa batterie se videra tant et aussi longtemps que la charge ne sera pas tirée, et la charge en question ne poursuivra plus ses adversaires autant qu’avant. C’est un peu dommage car, si la Brute Shot et le Needler deviennent enfin des armes efficaces, on ne peut en dire autant du Plasma Pistol qui se retrouve presque inutile.

     
     

    Maintenant libéré de sa fonction de recharge (qui est passée à la gâchette haute droite), le bouton X permet maintenant de déployer une multitude d’items retrouvée sur le champ de bataille. On retrouve entre autres le Bubble Shield, qui déploie un bouclier en forme de bulle là où on le place, le Deployable Cover, qui place un bouclier frontal Covenant là où on le lâche et le Régénérateur, qui recharge très rapidement les boucliers énergétiques de ceux qui se trouvent dans son champ d’action. D’autres sont plus offensifs, comme le Power Drainer qui vide les boucliers de leur énergie et rend inactif les véhicules, la Tripmine qui fera exploser tout ce qui ose passer au-dessus d’elle, et le radar jammer qui dérègle les radars personnels dans son champ d’action. Finalement, on peut aussi mettre la main sur un Gravity lift, qui sert en fait de trampoline mobile, et sur un dispositif de camouflage que l’on peut activer en tout temps. Ce dernier ne se trouve toutefois pas en multijoueur, à l’inverse du radar jammer qui est bien peu pratique en solo. Tous ses objets sont utiles à un moment ou à un autre, et leur venue vient ajouter un peu de piquant à l’arsenal déjà bien garni du jeu.


     
     

    Véhicules

     
     

    Il ne faudrait pas oublier les véhicules, qui sont une partie intégrante du succès de la série. Pas moins de quatre nouveaux véhicules sont présents cette fois, en plus de tous les autres qui sont de retour. Les humains jouissent désormais de l’appui du Mangoose, un VTT qui peut accueillir un conducteur et un passager. Ultrarapide et manoeuvrable, il ne possède toutefois pas d’autres capacités offensives que celles du passager à l’arrière. De plus, le Hornet est désormais disponible pour mener le combat aérien contre les Banshees, armé de sa mitraillette et de missiles à têtes chercheuses. De leurs côtés, les Covenant se promènent désormais en Brute Chopper, une version moins rapide mais plus puissante du Ghost, et en Prowler, un véhicule avec un canon plasma sur lequel quatre combattants peuvent prendre place. Hormis le Prowler, qui ressemble beaucoup au Shadow de Halo 2, tous ces nouveaux engins sont originaux et pratiques. La campagne utilise d’ailleurs brillamment les véhicules afin de créer des moments mémorables. On se rappellera longtemps de cette bataille où, armés de lance-roquettes et montés sur quatre VTT, nous et nos collègues Marines se lançons à l’attaque de plusieurs blindés ennemis. Cette séquence est un pur délice, et elle est loin d’être la seule à procurer un tel plaisir dans mode solo.

     

    Xbox Live

     
     

    Comme à l’habitude, Halo 3 propose un mode multijoueur pouvant aller jusqu’à 16 joueurs par partie via Xbox Live, en écran partagé ou en liaison multiconsoles. On peut d’abord jouer la campagne en coopération à quatre, même sur Xbox Live, ce qui est peut-être la nouveauté la plus marquante du titre. Il faut toutefois noter que le système de résurrection rend les choses beaucoup trop faciles lorsque l’on joue à deux ou à trois, ce qui ne réussit tout de même pas à égaler le plaisir de se promener dans deux Warthogs un à côté de l’autre !

     
     

    Au niveau compétitif, Halo 3 frappe encore plus fort que le deuxième du nom grâce à son système de Matchmaking et à un raffinement des armes et des modes de jeu. Pour ceux qui ne le connaissent pas, le Matchmaking est une excellente interface qui nous permet de nous réunir avec nos amis et de nous trouver des adversaires qui sont environ de notre calibre, et ce automatiquement. Une fois l’équipe adverse identifiée, on nous propose une carte et un mode de jeu. Désormais, si une majorité des joueurs votent pour refuser la carte et le mode, une nouvelle sélection se fera, ce qui se révèle être une excellente addition. De plus, Bungie a pensé ajouter une fonction nous permettant de garder notre équipe intacte à la fin d’une partie si nous avons apprécié nos coéquipiers.

     
     

    Les modes de jeu dans Halo 3 ont été quelque peu revus à la hausse, et c’est pour le mieux. On remarque une tendance accrue à la stratégie et un peu moins de mêlée brutale et chaotique. On pense par exemple au mode assaut, qui nous demande de planter une bombe chez l’ennemi. Plutôt que de devoir armer la bombe en plein cœur de la base adversaire pendant une dizaine de secondes – ce qui était quasiment impossible – on peut désormais la planter instantanément. Il faut toutefois la protéger par la suite, car elle peut être désamorcée. Dans cette même optique, le mode territoires a été transformé en mode par rounds : pendant quatre minutes, une équipe tente de capturer le plus de territoires possible, tandis que l’autre équipe ne fait que les défendre. Résultat : plus besoin de rester planté dans un territoire à attendre que les secondes montent, alors que les grenades venaient continuellement mettre fin à notre vie. De leur côté, les drapeaux peuvent être retournés, tout simplement en restant près d’eux pendant un moment. De nouveaux modes font aussi leur apparition, notamment l’excellent mode VIP, qui demande à chaque équipe de tuer un joueur en particulier de l’autre côté.

     
     

    Tout comme les modes de jeu, les armes et les items amènent un gameplay plus stratégique. Comme les armes sont plus spécifiques (le lance-missile contre les véhicules, le Mauler au corps à corps, la mitraillette pour les courtes distances, et ainsi de suite), il est important de réfléchir à ce que l’on veut porter et de parler avec nos coéquipiers. Les items, quant à eux, apportent aussi leur lot de possibilités. Un Bubble Shield bien placé permettra de sauver sa peau quand les balles de sniper nous frôle la tête, tandis qu’un gravity lift placé au bon endroit nous permettra de prendre l’équipe adverse à revers. Le power drainer sera votre meilleur ami lorsqu’un véhicule vous donnera du film à retordre, tout comme le radar jammer le sera lorsque vous serez armés d’un fusil à pompe. Plusieurs seront heureux d’apprendre que l’overshield est de retour, mais qu’il ne donne qu’une barre d’armure supplémentaire, le rendant ainsi moins frustrant pour l’autre équipe. On a aussi pensé à un petit détail fort intéressant : les icônes qui représentent nos alliés sur le champ de bataille ont été remplacées par un tag que l’on s’attribue et composé d’une lettre et de deux chiffres. Il est donc beaucoup plus facile de dire  « T22, derrière toi ! » plutôt que « petit rond rouge sur fond vert avec une flèche par en bas, derrière toi ! ».

     
     

    Pour le moment, le jeu propose onze cartes agréablement variées, qui vont d’un long et étroit pont au-dessus du vide éternel à un immense amas de ruines. La plupart d’entre elles proposent une sorte d’interactivité, que ce soit des téléporteurs, des tourelles que l’on peut arracher, une porte qui s’ouvre (un remake de Zanzibar est d’ailleurs disponible) ou encore des murs énergétiques qui bloquent les armes et les grenades mais pas les joueurs. Selon notre expérience jusqu’à présent, les cartes sont agréablement balancées, les problèmes avec les points de résurrection très rares et les joueurs satisfaits. Certes, on aurait pu espérer un plus grand nombre d’environnements pour un jeu de la sorte, mais on ne peut certainement pas se plaindre de la qualité. De plus, il y a fort à parier que d’autres verront le jour en téléchargement sous peu.

     
     

    Comme si ce n’était pas suffisant, deux éléments totalement nouveaux viennent agrémenter l’expérience en ligne. D’abord, il est possible de visionner les vidéos des vingt-cinq dernières parties que nous avons jouées et d’enregistrer les moments que nous désirons conserver. L’interface qui nous permet d’avancer et de reculer la vidéo, de voir l’action au ralenti ou encore de se promener librement avec la caméra n’est pas la plus pratique qui soit, mais elle fait le travail. L’option vidéo s’inscrit très bien dans l’optique plus compétitive de Halo 3 puisqu’elle permettra la propagation rapide et facile des stratégies.

     

     
     

    La deuxième nouveauté, nommée La Forge, nous permet de placer des tonnes d’éléments dans une carte et de jouer avec les paramètres de celles-ci. S’adressant clairement aux fans des parties personnalisées, elle sert à modifier tout ce qui n’est pas relié à la structure des environnements. On peut modifier les points de résurrection, disperser des armes et des véhicules qu’on n’aurait pas retrouvés avant et même faire apparaître des barils explosifs, des ascenseurs gravitationnels et autres éléments interactifs du genre. Une fois notre chef-d’œuvre terminé, nous pouvons l’enregistrer et le propager sur Xbox Live via le même système que les vidéos. Gageons que La Forge fera de nombreux heureux au sein de l’énorme communauté en ligne de Halo.

     

     
     

    En bref, le mode multijoueur de Halo 3 propose bien plus que des nouvelles cartes. Il apporte bon nombre de modifications très intelligentes afin de faciliter la formation d’un groupe et de balancer les parties. La Forge et les vidéos sont des apports intéressants qui, avec tous les autres détails, font du jeu la référence absolue en terme de multijoueur sur console.

     
     


     
     

    Côté Technique

     

     
     

    Techniquement, Halo 3 n’a rien de véritablement surprenant. Les concepteurs n’ont sans doute pas tenté de nous impressionner avec une qualité graphique incroyable. Malgré le Unreal Engine 3.0, Halo 3 donne l’impression de rouler sur une technologie relativement dépassée par rapport à des jeux comme Bioshock ou Gears of War. On remarque d’ailleurs plusieurs lacunes à ce niveau. N’allez toutefois pas croire que Halo 3 n’est pas joli graphiquement, au contraire, il est très beau, mais manque simplement de finition, de punch. Les efforts ont plutôt été concentrés sur l’immensité et la dimension des combats. Les niveaux sont grands, offrant par le fait même un panoramique saisissant sur la pittoresque beauté des décors.

     
     

    Outre lesdites améliorations techniques, Halo 3 profite d’une bande sonore absolument superbe. Parallèlement aux précédents chefs d’œuvres auditifs que proposaient les prédécesseurs de Halo 3, celui-ci poursuit dans cette même lignée en offrant une bande sonore digne des plus grandes productions hollywoodiennes. Marty O’Donnell et Michael Salvatori proposent d’ailleurs plusieurs chansons basées sur des pièces des bandes sonores des deux premiers épisodes. On ne peut qu’être émerveillé en savourant ces incroyables mélodies, parfois dramatiques, parfois si sublimes qu’elles nous donnent le courage de poursuivre ce fabuleux combat.

     

     
     

    En conclusion, Halo 3 remplit de façon spectaculaire les attentes des joueurs, partout à travers le monde. Jouissant probablement du meilleur mode en ligne sur le marché, d’un gameplay simple et accrocheur et d’une campagne solide, Halo 3 se présente comme étant un sérieux prétendant au titre du jeu de l’année. Le combat est maintenant terminé, mais jamais la série Halo ne cessera de prendre de l’ampleur. Halo 3 demeurera gravé dans nos mémoires pour encore bien longtemps…

     
     

     

     

    Les 24 Premières Heures…

     
     

    Au cours des 24 premières heures de vente, Halo 3 a généré un revenu de 170 millions de dollars aux Etats-Unis, éclipsant le record de son prédécesseur, Halo 2. Imaginez, le film Spider Man 3 avait rapporté 151 millions de dollars au Box office à sa première fin de semaine en salles, le laissant loin derrière Halo 3.

     

     
     

    Outre le point de vue financier, Halo 3 fut le plus gros lancement de l’histoire de l’industrie. Après avoir obtenu leur copie de Halo, c’est un peu plus de 1.4 million de joueurs qui se sont retrouvés sur Xbox Live, selon les statistiques de Bungie. Au cours des 24 heures suivantes, 4.9 millions de matchs ont été joués. On totalisait à ce moment 537 452 951 meurtres.

     

     
    Les plus

     

    - Présentation impeccable
    - Bande sonore sublime
    - Bon scénario
    - Nouveautés (Armes, équipements, véhicules)
    - Mode en ligne exceptionnel
    - Durée de vie pratiquement infinie
    - La Forge
     
    Les moins
     
    - Graphiquement banal
    - Campagne un peu courte

     

    Sublime, tout simplement!

    Voici la preuve :

    Présentation 10 
    Graphiques  9
    Sons 10
    Jouabilité  9
    Valeur 10
     
    NOTE GÉNÉRALE :  9.6

     

    Source : Game-Focus (xbox 360 et Playscope

    Voici un petit guide pour t'aider à bien interpréter ce test de jeu.

     

    NOTE EN PRÉSENTATION
    Tant pour l’aspect du boîtier et du contenu du livret que pour la présentation du jeu au démarrage (l’introduction, les menus, les options, etc.)

     

    NOTE EN GRAPHISME
    Jusqu’à quel point les graphiques et les animations ont t-ils été travaillés par les développeurs? Le type de design utilisé et les prouesses que les développeurs ont utilisées tant au niveau textural et de l’environnement qu’au niveau animation et « framerate ».

     

    NOTE EN SONS
    Est-ce que la trame sonore, l’ambiance et les jeux d’acteurs sont suffisamment convaincants ou ils nous obligent à jouer le volume baissé?

     

    NOTE EN JOUABILITÉ
    Disposition des contrôles et de l’interface que le joueur devra utiliser tout au long du jeu et la convivialité de l’environnement du joueur.

     

    NOTE EN VALEUR
    Le facteur le plus important dans l’évaluation d’un jeu. Identifie la longévité et le plaisir recherché. Évalue la profondeur du jeu, à savoir s’il apporte de nouveaux concepts et de nouvelles idées. Quelle est l’approche utilisée pour garder le joueur captif?

    Par Jonathan Pépin (Liquid Tension)


    Image ajoutée par Phil D. (xboxcool)


    votre commentaire
  • C’est un jeu de stratégie en temps réel et de guerre historique

     

    Ce troisième jeu d' Age of Empires nous offre un mode solo extrêmement bien structuré qui vous mènera de l'île de Malte à La Havane en passant par toutes sortes de paysages: bayou, côtes californiennes, jungle cubaine, désert texan.


    En pleine conquête de l'Amérique des peuplades indigènes pas encore découvertes, vous voici embarqué seul dans une intrigue dissimulée sur à peu près six générations et mettant en jeu la famille irlandaise des Black (Morgan, John et Amelia) qui a comme ennemi le Cercle d'Ossus, une secte dont le but est de s'emparer de la célèbre Fontaine de Jouvence. Il y a en tout huit civilisations dans ce jeu : les Ottomans, les Français, les Anglais, les Espagnols ou les peuples indigènes par exemple les Cherokees, les Iroquois ou les Aztèques.

     

    Il y a trois ressources à ramasser pour la survie de votre village, la nourriture, l’or et le bois. Si possible je vous conseille d'installer des comptoirs sur des routes commerciales parce qu’ils vous aident à la survie de votre civilisation grâce à des calèches à chevaux ou à des chemins de fer pour optimiser leur rendement. Vous allez devoir combattre vos ennemis pour la survie de votre population ou faire les missions qui vous sont demandées. Vous devez détruire les villages ennemis la plupart du temps avant qu’ils détruisent votre civilisation. Moi, j’ai apprécié ce jeu pour ses graphiques extraordinaires et c’est un jeu passablement facile à comprendre. Ce jeu est assez long mais quand je l’ai fini ça m’a donné le goût de me procurer un autre jeu de ce genre.

    Les plus...
    • Une réalisation de première classe
    • Bonne durée de vie
    • Une campagne solo linéaire mais bien construite
    • L'ambiance sonore
    • Les petites innovations (capitale, routes marchandes)
    • L'ambiance
    Les moins...
    • Peu de changements majeurs
    • Des combats assez brouillons
    • I.A pas toujours au top
    • Modes multijoueurs un peu chiches
    • Des ralentissements pendant certains combats

    NOTE GÉNÉRALE :  9.0

    par Phil (Xboxcool)






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires